Lillusgraphie | Elle se couvrit divinement de perles et d’or - Lillusgraphie
22496
single,single-portfolio_page,postid-22496,ajax_fade,page_not_loaded,,content_with_no_min_height,wpb-js-composer js-comp-ver-4.2.3,vc_responsive

Elle se couvrit divinement de perles et d’or

Collection les cocottes parisiennes

LES COCOTTES PARISIENNES
Série 2013

Les Cocottes sont en France sous le Second Empire, des prostituées de luxe connues pour
ruiner leurs riches amants en dépenses somptuaires. Par extension, le terme est employé aux époques suivantes, notamment à la Belle Époque, au cours desquelles la cocotte tient sa place entre la courtisane et la prostituée.
Je souhaite amener mon public à s’interroger sur l’évolution du statut de la femme. Du long chemin de l’émancipation, de la petite ménagère sage et soumise à la femme-objet libérée.
L’ exposition met en lumière le « style de vie » d’une période, traduit par une scénographie inspirée de « Cendrillon » des frères Grimm.
Ce concept concentré sur des métaphores, et citations extraites du conte est adapté aux codes des maisons closes. Hormis le glamour de cette ère, je souhaite guider le spectateur vers une tonalité plus grave, celle d’une tristesse dissimulée sous de multiples atours.
Afin de garder intacte le mystère et piquer la curiosité du visiteur, je n‘ai volontairement pas façonné Cendrillon sur un modèle unique.
L’exposition s’ouvre sur l’allégorie de la mère maquerelle avec « Meneuse », identifiant la
machiavélique belle-mère de notre Cocotte « Cendrillon ».
« Elle n’a pas sa place au salon », les deux sœurs sont au milieu du canapé, quant à notre
principale actrice, elle tient une cigarette du bout des doigts et semble ne pas vouloir accueillir cette encombrante Cendrillon.
« Alors elle dut travailler dur du matin jusqu’au soir », reflète la tragédie familiale.
Elle devint « cocotte » pour se ranger à la volonté de sa belle- mère.
« Jolie précieuse » et « Des perles et des joyaux » matérialisent les cadeaux que rapporta le père aux deux sœurs lors de son retour de la foire.
« Petits oiseaux, venez vite à mon aide, j’ai renversé les cendres », nous tend un miroir, reflet de l’âme, des combats et illusions.
« Elle se couvrit divinement de perles et d’or » narre sa volonté de changer de condition, en
séduisant un riche et charmant homme.
« Olympia s’éveille dans ses cendres » suscite le rappel du scandale de l’œuvre de Manet.
La citation pose avec tendresse, la question de l’image donnée de ses femmes conditionnées, écrivant des histoires d’amours impossibles.
« La petite Revue », en femme cultivée, soulève mon adaptation au conte.
Son « prince » désireux de la revoir y griffonna quelques mots entre deux pages.
La position de sa main, démontre son étonnement.
Pour terminer, j’ ai choisi avec « L’heure de la cérémonie » de semer le doute sur la fin de l’histoire.

Que va- t-il se passer après ce rendez- vous? « Une femme sans parfum est une femme sans avenir », disait Coco Chanel, laissant suggérer dans cette confidence, un futur prometteur.
De quoi arrêter de cocotter…
——————————————-
Avec l’aimable participation de :
Tiah Priincess Kawaii  et  P&S Peter&Sergueï – stylistes
Candice Angélini – modiste/Hat designer
Hina Aslam . Paris et Yann Rebelo – maquilleurs
Le restaurant Polidor
La brasserie Mollard
Le restaurant le Petit Rétro
Le showroom de De Gournay
Je remercie également tous mes modèles.

Category

cocottes parisiennes